Le bal des sirènes

 

C'est un chantier qu'on ne finit jamais,

Ou sont parties les Sirènes que j'aimais ?

Sans un bruit, quand je dormais si tranquille,

Comme si l'amour ne tenait qu'à un fil,

 

Et si demain tout s'écroule,

Que le bateau sombre, vaincu par la houle,

Dedans comme une ombre dans le bateau "Coule",

J'irais tout au fond gober les crabes et les moules,

 

Puis un jour on jettera dans la mer un filet,

Un filet doré pour bien me remonter,

Mais si tu n'es pas là sur le pont du bateau,

Je préfère replonger tout au fond des eaux.