La putain

 

C’est l’histoire d’une pute amoureuse d’un client

 

Ton abri compte les bus,

Tu comptes les nuits,

Un chien compte ses puces

Et toute la ville s’ennuie...

 

Mais que fait-il, l’animal ?

Ca fait un mois, est-il en panne ?

Veut-il que Toulouse se fane

Sous d’âpres pluies lacrymales ?

 

Ton abri compte les bus,

Tu comptes les nuits,

Le trottoir comptes ses putes

Et toute la ville s’ennuie,

 

Un client fidèle passe,

Tu montes dans sa camionnette

Y faire quelques galipettes…

Il a prit son pied et se casse.

 

Ca t’a fait plaisir en vrai,

Mais là tu comptes les heures,

Les filles comptent leurs euros,

Les étoiles les regardent de haut.

 

 

Une auto blanche s’amène,

Tu la r’connaîtrais entre mille,

Comme une lumière dans la ville,

Tu r’mercies ton dieu… amen.