Poètes de tous les temps

 

Ô poètes de tous les temps,

Aux cœurs brisés, aux cœurs battants,

Âmes sensible et anges déchus,

Un lourd fardeau vous a échu :

 

Traquer l’amour au fond des gouffres

D’où n’exhalent qu’odeurs de soufre,

Troquer les ténèbres de fer

Contre des oiseaux de lumière,

 

Ô poètes de tous les temps,

De paix, de guerre, les résistants

C’est vous, poètes ! Soyez forts !

Votre fragilité vaut de l’or,

 

C’est quand en vous le monde s’écroule,

Qu’autour de vous l’ennui s’enroule,

Que dans vos abyssales peurs,

Un trait scinde le vrai du trompeur,

 

Ô poètes de tous les temps,

Aux cœurs brisés, aux cœurs battants,

Troquez les ténèbres de fer

Contre des oiseaux de lumière.