La muse des glaces

 

Une muse des glaces dans la nuit polaire

Se dresse et fait face aux vents froids de l’Arctique,

Tels les géants du givre dans les contes antiques,

Elle affronte en silence un monde crépusculaire,

 

Des larmes de grésil perlent sur son visage,

Se changent en flocons et tombent à ses pieds,

La géante des glaces a un cœur de papier,

Un cœur tout déchiré sous son épais glaçage,

 

La nuit est éternelle dans ses plus noirs desseins,

Mais la muse est rebelle et fait face aux bourrasques,

Elle se dresse, elle est belle sous des couleurs fantasques :

Une aurore boréale fait de jolis dessins,

 

Puis la nuit capitule quand point l’astre du jour,

Les glaces se retirent, reste un cœur affamé,

Reste un bout de papier qui vient de s’enflammer,

La muse de feu renaît, en amour pour toujours…