Last cry

- à Nabrissa alias Last cry -

 

J’enrage de mon cœur meurtri

Que tout écœure et qui écrit

En lettres ternes sur du roc

Tout’la noirceur de notre époque,

 

Ne reste-t-il que du gris,

Des vers en toc, du vert de gris,

Mille breloques en bandoulière

Et de gros tas de poussière ?

 

J’ai mal, j’ai mal et je le crie,

Mon dernier pleur, mon dernier cri,

Pour que demain, enfin, peut-être,

Un vrai soleil puisse renaître.