Faërie

  

Il est un lieu peuplé de créatures mythiques,

Où le soleil est d’or et la lune d’argent,

Les océans miroirs aux cieux bleus ardents,

En ce monde évoluent des êtres fantastiques,

 

Les lutins caracolent, à l’air un peu mutins,

Farfadet, korrigans concoctent mille tours

Aux humains qui souvent manquent un peu trop d’humour

Et en viennent à craindre ces petits plaisantins,

 

Les fées viennent, fugaces, nous réchauffer le cœur,

Elles ne se montrent point aux hommes vils et cruels

Qui sans complexes iraient leurs arracher les ailes,

Elles adoucissent les mœurs et soignent les rancoeurs,

 

Les elfes évanescents pour le monde moderne,

S’éveillent luisant dans la rosée du matin,

La beauté, la nature, sont leurs seuls butins,

Ils marchent dans les bois, à leurs mains des lanternes,

 

Les dragons impétueux, ces fournaises volantes,

Terrifiants et tapit dans l’inconscient des hommes,

C’est à nous qu’il revient de les dompter en somme,

Ou plutôt s’y soumettre, ou trouver une entente,

 

Il est un lieu peuplé de créatures mythiques,

Où le soleil est d’or et la lune d’argent,

Les océans miroitent sous un ciel bleu ardent,

Ce monde a, je le crois, un fond très authentique.