Black métal II : profanation

 

J’ai brûlé mes poèmes

Dans les feux de l’enfer,

Je danse sur les tombes

Des amours clandestins,

 

La colombe aux yeux noirs

Déchois dans les bas-fonds

De la Sainte Géhenne

Sous mes rires assassins,

 

J’abhorre les romances

Coupées à l’eau de rose,

La couronne est d’épine

Pour l’amant souverain,

 

J’ai tatoué sur mon front

Six cent soixante-six,

Et la bête à sept têtes

Sur la paume de ma main,

 

Je béni la poussière

Des ruines édéniques,

La chute est rédemptrice,

Belzébuth est divin.